une anthropologie impliquée dans la transition vers des nouveaux modèles de gouvernance

L’application des outils de la recherche ethnographique et comparative aux formes de gouvernance territoriale dans l’espace alpin constituent un champ très peu exploré de la recherche sociale. Il s’agit toutefois de questionnements qui peuvent être situés au sein d’une réflexion élargie sur le rôle des pratiques d’innovation sociale dans les espaces ruraux, où les institutions publiques sont appelées à coordonner et supporter plutôt qu’à gérer directement services et ressources (Bock 2016). De son côté, l’anthropologie alpine a depuis longtemps pratiqué un regard “au ras du sol” (Viazzo 2017), en particulier dans le but de comprendre le rôle que dynamiques micropolitiques locales, réseaux, capitaux non certifiés peuvent avoir sur les trajectoires des populations de montagne, notamment lorsque des effets différenciés se produisent là où les conditions de départ apparaissaient proches (Bailey 1973; Wallman 1977). De plus, les expériences les plus récentes de recherche et d’application de l’anthropologie en plusieurs contextes montagnards en Italie ont fait émerger les limites des politiques publiques – marquées par une approche sectorielle et descendante – dans leurs manières de gérer la chose publique, ainsi que la demande, de la part des communautés locales, de modèles alternatifs de gouvernance territoriale, conçus en collaboration avec les ethnologues (Campagna, Nocentini, Porcellana 2021).

L’élaboration de réponses collectives demande un effort de recompositions des intérêts et des logiques des acteurs concernés (Juan 2011), au sein des processus de gouvernance concertés, attentifs aux contextes et également inclusifs. Ces modes de gestion locale ne peuvent être véritablement participatifs qu’à condition qu’individus et populations en position subalterne et/ou de marginalité – comme on peut en retrouver dans les contextes montagnards – puissent être écoutés et que – par l’expression de leurs points de vue et la mobilisation de leurs capacités, ressources et compétences – ils puissent participer à une démarche citoyenne collective, en faveur de la durabilité et de la justice. Ainsi, au moment où une transition de nos sociétés se fait de plus en plus nécessaire, on peut se demander de quelle manière l’approche “au ras du sol” pratiquée par les ethnographes peut contribuer à la mise en place de nouveaux modèles de gouvernance territorial, étant donné que les contextes locaux et nationaux se caractérisent par une manière différente de concevoir la participation démocratique aux processus décisionnels.

Par conséquent, le projet TransAlp vise – d’un côté – à examiner comment la présence de l’État et la capacité des citoyens à participer s’articulent et cela au sein de contextes nationaux différents et – de l’autre – à explorer comment l’anthropologie appliquée peut contribuer à mettre les acteurs sociaux dans la condition de mobiliser au mieux leurs capacités, ressources et compétences au sein d’une démarche collective (Gagnon 1970; Génard 2013). En effet, face à un sentiment de désengagement de l’État et de ses apparats (Bricault 2012), tel qu’il est souvent présent en milieu rural, les communautés s’interrogent par rapport aux conditions d’une transition, dans le cadre d’une action citoyenne et d’une confrontation avec de nouveaux interlocuteurs. Parmi ceux-ci, les anthropologues, avec leur capacité à valoriser les ressources culturelles, à écouter les besoins profonds des communautés et des territoires et à faire une lecture critique des contextes, sont de plus en plus sollicités pas seulement pour décrire – avec l’ethnographie – les processus de changement, mais également pour les accompagner (Barab et al. 2004): ainsi l’anthropologue impliqué.e, en négociant entre les conflits, contribue à la conception d’initiatives locales vers la transition.

Le projet TransAlp (2022-2023) a été financé par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme dans le cadre de l’appel à projet « recherches émergentes ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.