Tous les articles par Gabriele Orlandi

Call: antropologia della governance, transizione ecologica e ricerca applicata in contesti alpini

Il progetto di ricerca TransAlp punta a esplorare e formalizzare concetti, metodi e strumenti per un’azione collettiva verso la transizione ecologica nelle Alpi. Inoltre, si costituisce come spazio di riflessione sul ruolo che la ricerca sociale applicata può avere nel coinvolgere i cittadini di fronte alle crisi ecologiche e istituzionali in cui viviamo. Per questo motivo, vorremmo costituire un gruppo di lavoro che si riunisca regolarmente per discutere il ruolo della ricerca etnografica all’interno dei processi di governance e degli interventi nella sfera pubblica. Il gruppo sarà composto da 10-12 persone interessate alla ricerca applicata, ai metodi partecipativi e al coinvolgimento delle popolazioni nelle politiche pubbliche, e si formerà, in una logica peer-to-peer, sulle prospettive di ricerca e intervento del progetto TransAlp. I membri del gruppo lavoreranno in stretta collaborazione con il team di ricerca del progetto e si avvarranno del supporto scientifico di un comitato ad hoc composto da esperti di storia, cultura e istituzioni dello spazio alpino.. Alcuni membri di questo gruppo di lavoro saranno inoltre coinvolti nelle fasi successive del progetto, in particolare nella ricerca etnografica prevista nel quadro comparativo che guida il progetto.

Le lingue utilizzate in questo gruppo di lavoro saranno l’inglese, il francese o l’italiano. Ad ogni partecipante si richiede la comprensione di almeno due di queste lingue:

Di seguito il testo della call:

call: anthropology of governance, ecological transition, and collaborative research in the alps

The TransAlp research project aims to explore and formalize concepts, methods, and tools for collective action towards ecological transition in the Alps. Moreover, it would reflect on the role that applied social research can play in engaging citizens in face of the current crisis we are navigating in. For this reason, we would like to constitute a working group that will meet on a regular basis to discuss the role of ethnographic research within governance processes and interventions in the public sphere. The group will be composed of 10 to 12 people interested in applied research, participatory methods, and the involvement of populations in public policies, and it will train itself, in a peer-to-peer logic, on the research and intervention perspectives of the TransAlp project. The members of the group will work in close collaboration with the project’s research team and will receive help from the scientific support of an ad hoc committee composed of experts in the history, culture, and institutions of the Alpine space. Later, some members of this working group will be involved in the following phases of the project, by carrying out the ethnographic research envisaged in the comparative framework that drives the project. 

The languages used in this working group will be either English, French, or Italian. Every participant is expected to understand at least two of them.

Below you will find the text of the call:

APPEL À CANDIDATURE: ANTHROPOLOGIE DE LA GOUVERNANCE ET RECHERCHE COLLABORATIVE

Le projet TransAlp ambitionne à approfondir et formaliser des concepts, méthodes et outils pour une action collective en faveur de la transition écologique chez les populations alpines. En outre, il constitue un espace de réflexion sur le rôle que la recherche sociale appliquée peut jouer dans l’engagement des citoyens face aux crises écologiques et institutionnelles dans lesquelles nous vivons. Pour cette raison, l’équipe de recherche du projet souhaite mettre en place un groupe de travail qui se réunisse régulièrement pour discuter du rôle de la recherche ethnographique dans les processus de gouvernance et les interventions dans la sphère publique. Le groupe sera composé de 10-12 personnes intéressées par la recherche appliquée, les méthodes participatives et l’implication des populations dans les politiques publiques, et se formera, dans une logique de pair à pair, sur les perspectives de recherche et d’intervention du projet TransAlp. Les membres du groupe travailleront en étroite collaboration avec l’équipe de recherche du projet et bénéficieront du soutien scientifique d’un comité ad hoc composé d’experts en histoire, culture et institutions de l’espace alpin. Certains membres de ce groupe de travail seront également impliqués dans les phases ultérieures du projet, en particulier dans la recherche ethnographique prévue dans le cadre comparatif qui guide le projet.

Les langues utilisées dans ce groupe de travail seront l’anglais, le français ou l’italien. Chaque participant est censé comprendre au moins deux de ces langues.

Ci-dessous le texte de l’appel pour la constitution d’un groupe de travail autour des thématiques de l’anthropologie de la gouvernance et de la recherche collaborative:

une anthropologie impliquée dans la transition vers des nouveaux modèles de gouvernance

L’application des outils de la recherche ethnographique et comparative aux formes de gouvernance territoriale dans l’espace alpin constituent un champ très peu exploré de la recherche sociale. Il s’agit toutefois de questionnements qui peuvent être situés au sein d’une réflexion élargie sur le rôle des pratiques d’innovation sociale dans les espaces ruraux, où les institutions publiques sont appelées à coordonner et supporter plutôt qu’à gérer directement services et ressources (Bock 2016). De son côté, l’anthropologie alpine a depuis longtemps pratiqué un regard “au ras du sol” (Viazzo 2017), en particulier dans le but de comprendre le rôle que dynamiques micropolitiques locales, réseaux, capitaux non certifiés peuvent avoir sur les trajectoires des populations de montagne, notamment lorsque des effets différenciés se produisent là où les conditions de départ apparaissaient proches (Bailey 1973; Wallman 1977). De plus, les expériences les plus récentes de recherche et d’application de l’anthropologie en plusieurs contextes montagnards en Italie ont fait émerger les limites des politiques publiques – marquées par une approche sectorielle et descendante – dans leurs manières de gérer la chose publique, ainsi que la demande, de la part des communautés locales, de modèles alternatifs de gouvernance territoriale, conçus en collaboration avec les ethnologues (Campagna, Nocentini, Porcellana 2021).

L’élaboration de réponses collectives demande un effort de recompositions des intérêts et des logiques des acteurs concernés (Juan 2011), au sein des processus de gouvernance concertés, attentifs aux contextes et également inclusifs. Ces modes de gestion locale ne peuvent être véritablement participatifs qu’à condition qu’individus et populations en position subalterne et/ou de marginalité – comme on peut en retrouver dans les contextes montagnards – puissent être écoutés et que – par l’expression de leurs points de vue et la mobilisation de leurs capacités, ressources et compétences – ils puissent participer à une démarche citoyenne collective, en faveur de la durabilité et de la justice. Ainsi, au moment où une transition de nos sociétés se fait de plus en plus nécessaire, on peut se demander de quelle manière l’approche “au ras du sol” pratiquée par les ethnographes peut contribuer à la mise en place de nouveaux modèles de gouvernance territorial, étant donné que les contextes locaux et nationaux se caractérisent par une manière différente de concevoir la participation démocratique aux processus décisionnels.

Par conséquent, le projet TransAlp vise – d’un côté – à examiner comment la présence de l’État et la capacité des citoyens à participer s’articulent et cela au sein de contextes nationaux différents et – de l’autre – à explorer comment l’anthropologie appliquée peut contribuer à mettre les acteurs sociaux dans la condition de mobiliser au mieux leurs capacités, ressources et compétences au sein d’une démarche collective (Gagnon 1970; Génard 2013). En effet, face à un sentiment de désengagement de l’État et de ses apparats (Bricault 2012), tel qu’il est souvent présent en milieu rural, les communautés s’interrogent par rapport aux conditions d’une transition, dans le cadre d’une action citoyenne et d’une confrontation avec de nouveaux interlocuteurs. Parmi ceux-ci, les anthropologues, avec leur capacité à valoriser les ressources culturelles, à écouter les besoins profonds des communautés et des territoires et à faire une lecture critique des contextes, sont de plus en plus sollicités pas seulement pour décrire – avec l’ethnographie – les processus de changement, mais également pour les accompagner (Barab et al. 2004): ainsi l’anthropologue impliqué.e, en négociant entre les conflits, contribue à la conception d’initiatives locales vers la transition.

Le projet TransAlp (2022-2023) a été financé par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme dans le cadre de l’appel à projet « recherches émergentes ».