les changements en cours dans l’espace alpin

À partir des premières études (Fourny 1994; Bätzing 2002; Varotto 2003), les changements sociaux, économiques et culturelles en cours dans les montagnes européennes ont été largement décrits par la littérature des dernières décennies (Perlik 2006; Borsdorf 2009; Dematteis 2011; Steinicke et al. 2011; Bender et Kanitscheider 2012; Porcellana et Diémoz 2014; Porcellana et al. 2016). En particulier, il en émerge que, dans les régions occidentales de l’arc alpin, les pratiques d’innovation et de revitalisation apparaissent comme n’étant pas régulées ou supportées par des politiques publiques, mais au contraire caractérisées par une certaine informalité. Les phénomènes observés sont de différents types : sociaux, en termes de population (migrants de UE et hors-UE, familles et personnes qui travaillent en milieu urbain tout en habitants les espaces ruraux, retraités s’installant en montagne); économiques (relance de l’artisanat ancien et des productions locales typiques, nouvelles formes de tourisme extensif et autres activités innovantes liées à l’environnement alpin); culturels (nouvelles associations, groupes de consommation durable, utilisation du web pour communiquer et travailler).

Les mêmes recherches ont montré à quel point le territoire est un facteur central de la construction identitaire. L’idéologie du localisme – qui traverse plusieurs populations alpines – présente le contexte local comme le seul capable d’assurer la transmission de la “tradition”, la préservation des identités, le soin des intérêts économiques et la protection de l’environnement. Le référent territorial est un symbole par lequel groupes et individus produisent et reproduisent les frontières de “communautés imaginées” (Anderson 1983), au-delà et des répartitions administratives et des identifications produites par l’État. De plus, ce sentiment d’inscription dans la localité peut devenir une ressource centrale dans la mobilisation collective et la participation à la vie publique (Retière 2003).

Les études historiques d’abord, et anthropologiques ensuite (Burns 1961; Friedl 1974; Weinberg 1975; Sibilla 1980; Netting 1981; Destro 1984), ont démenti les représentation stéréotypée des sociétés alpines comme isolées, arriérées et analphabètes et montré que ces dernières n’ont jamais été “une fabrique d’hommes à l’usage d’autrui” (Braudel 1949), mais – au contraire – des carrefours d’émigration et de immigration, des “communautés” capables de gérer les ressources économiques et écologiques en forme collaborative et à répondre de manière innovante et créative aux changements, tout en entretenant des relations à longue distance et négociant les conditions de leur autonomie avec les centres décisionnels (Rosenberg 1988).

Il y a plusieurs décennies certains travaux ethnographiques soulignaient déjà les effets de l’interconnaissance et du chevauchement des rôles sur les formes de la vie sociale dans les territoires ruraux (Maget 1955) et sur leur évolution au fil du temps (Benedict 1966). Si ces contextes ont souvent expérimenté des processus significatifs de recomposition et différenciation sociale (Lacquement, Maurel et Raynal 2011; Porcellana et al. 2016; Bruneau et al. (eds.) 2018), il n’est moins vrai que certains référentiels collectifs (“pays”, “village”, “communauté”, “territoire”) gardent une continuité au fil du temps et peuvent donc disposer plus facilement les populations à élaborer des nouvelles formes de gouvernance territoriale, y compris là où les institutions étatiques sont en retrait. Il s’agit là de référentiels que, par leur capacité d’organiser et performer collectivement l’interdépendance entre des sujets – comme il arrive également aux notions de “démocratie”, “économie” et “État-nation” – ne sont pas seulement l’objet de l’intérêt de l’anthropologie contemporaine (de la Bellacasa 2017), mais sont “bricolés” par les anciens et les nouveaux habitants afin de concevoir de nouvelles formes de socialité et de nouveaux équilibres sociaux, économiques, culturels et écologiques. Les populations enquêtées se montrent, vis-à-vis des chercheur·ses, dans une position différente par rapport à il y a quelque décennie : elles sont de plus en plus conscientes du rôle actif qu’elles peuvent assumer dans l’étude et la valorisation du patrimoine matériel et immatériel qu’elles estiment être leur possession légitime, ce qui engendre un rapport différent avec ces “experts” (Caselli 2020), y compris les ethnologues.

Ces derniers sont en effet appelés à une nouvelle alliance avec des interlocuteurs – et pas seulement des informateurs – devenus “porteurs de culture” (Bonato  2009), c’est-à-dire à entrer dans un dialogue complexe et une construction partagée de la connaissance, de la planification et de l’action politique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search