Les étapes du projet

Le projet TransAlp se caractérise, d’un point de vue méthodologique, par ce que J. Revel définissait un “jeu d’échelles” (1996) et de correspondance continue entre théorie académique et recherche appliquée. Débutant en janvier 2022, TransAlp s’étend sur deux ans et s’articule en cinq workpackages: de recherche, de formation collaborative, de recherche-action et de montage collaboratif de projets (WP1-WP2-WP3); de diffusion des résultats (WP4); de gestion (WP5). Les cinq WP recourent à différentes échelles d’investigation, méthodes et perspectives.

WP 1 (mois 1-8): définition du cadre théorique, élaboration méthodologique à partir de la littérature sur l’anthropologie du changement social et du développement et étude de la littérature sur la gouvernance en zone de montagne dans différents contextes nationaux : vérification de la présence/absence de littérature sur des contextes spécifiques; choix des terrains (définition des contextes, identification des aspects de la relation entre l’Etat et la population) sur la base de l’intérêt heuristique par rapport à la question de recherche (par exemple, distance par rapport aux centres de décision, présence/absence de politiques ad hoc, rôle des associations pour favoriser la concertation); définition des éléments de comparaison; élaboration d’un cadre théorique et méthodologique partagé, afin de les utiliser comme base pour la recherche participative dans les contextes d’intervention.

WP 2 (mois 1-8): création de l’équipe de recherche avec des jeun.e.s chercheur·ses (niveau master et doctorat) pour chaque terrain et réunions de formation (en mode hybride) afin de partager la bibliographie de référence, les questions de recherche et de définir les outils de l’anthropologie appliquée dans des contextes de faible densité de population. Échanges réguliers avec les experts du Comité consultatif du projet.

WP 3 (mois 9-14): enquête collaborative sur trois terrains dans les trois contextes internationaux (France, Italie, Suisse), production des données ethnographiques comparables à partir d’une problématique commune, étude des lieux de la socialité et de la vie politique, analyse des situations et individuation des conflits locaux, des acteurs stratégiques et de leur champ de possibilité, création de situations où – par des parcours des capacitation collective qui donnent à chacun les manières d’exprimer son point de vue – puissent émerger des projets fédérateurs. Ainsi, tout en produisant et analysant des données ethnographiques, les chercheur·ses impliqué.e.s dans le projet veilleront, dans une démarche d’animation, à une mise en réseau des acteurs locaux, à la création des focus group et des événements qui puissent rassembler la pluralité d’intérêts sur place.

WP 4 (mois 14-24): diffusion des résultats sur les terrains d’intervention. Cela se produira par le montage collaboratif de projets vers la transition. Des moments de discussion tout au long du processus seront également prévus. Ensuite, il sera rédigé un rapport intermédiaire qui détaille l’avancement de la réflexion théorique et méthodologique et les hypothèses formulées à partir des premières données recueillies sur le terrain, ainsi que les évolutions ultérieures du projet (notamment en vue de candidatures auprès des programmes de financement internationaux).

WP 5 (mois 1-24): coordination et gestion transversal à toute la durée du projet. Le coordinateur assurera et harmonisera le développement des activités dans tous les WP, facilitera la communication entre les membres du groupe de recherche et assurera une bonne administration du projet. Il sera chargé de superviser toutes les phases du projet, d’organiser et de présider (en présence ou par conférence en ligne) les séminaires mensuels internes du groupe de recherche et les réunions semestrielles avec le comité consultatif, ainsi que de préparer les rapports d’avancement annuels.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search