Objectifs de la recherche

Le projet ambitionne à explorer empiriquement d’un côté les conditions d’une transition à la durabilité et à la justice sociale dans des configurations socio-spatiales singulières et – de l’autre – à questionner le rôle que les sciences sociales, et notamment une socio-anthropologie appliquée et impliquée, peuvent jouer dans la mise en place de formes hautement démocratiques de gouvernance en faveur de la transition. Dans les zones rurales marginales qui, ayant d’abord subi les effets de la désindustrialisation, du dépeuplement et des modèles territoriaux hautement verticalisés et urbano-centrés, se perçoivent comme éloignés des pôles économiques et des centres décisionnels, devient urgent donc nourrir la “capacité d’aspirer” de s’efforcer de construire une “démocratie profonde”. Selon Appadurai, les systèmes profondément démocratiques devraient également nourrir chez leurs citoyens la capacité à protester, ce qui inclut “savoir comment discuter, contester, remettre en question et participer de manière critique” (2001, 2013) à la vie sociale.

En prenant en considération des contextes à faible densité démographique, tels que le sont généralement les entités territoriales en montagne, le projet TransAlp entend mettre à l’épreuve du terrain une anthropologie qui, en s’impliquant dans la capacitation des acteurs locaux, puisse faire naître des nouveaux “horizons d’attente” (Koselleck 1990) à partir de la rencontre entre compétences, imaginaires et ressources hétérogènes.

En particulier, le projet vise à :

  1. Définir les méthodes et les caractéristiques épistémologiques et déontologiques d’une socio-anthropologie impliquée dans l’élaboration de nouvelles formes de concertation territoriale, notamment dans l’espace alpin, et vérifier de quelles manières l’implication de l’anthropologie dans l’accompagnement des processus participatifs peut favoriser la gouvernance vers la transition dans des territoires de montagne. En particulier, la recherche vérifiera, tant d’un point de vue méthodologique que culturel et politique, ce que signifie proposer, dans trois pays si différents, une méthode participative à l’écoute des besoins des communautés locales et orientée au changement. Elle s’interrogera, à partir de l’analyse des situations (Gluckman 1940, Mitchell 1983) et de l’identification des acteurs stratégiques (Bierschenk et Olivier de Sardan 1994), sur la capacité de l’anthropologie de favoriser la participation des citoyens et la recomposition des intérêts dans des modèles de gouvernance territoriale et ainsi venir en aide aux processus de transition. Il s’agit par-là d’établir un lien entre les outils de l’anthropologie et les défis de la transition écologique et de la justice sociale, en liant la théorie anthropologique au développement d’interventions, la recherche à l’action, l’académie aux territoires.
  2. Former des chercheur·ses et des professionnel.le.s qui puissent appliquer ces instruments dans trois configurations territoriales afin d’accompagner les acteurs locaux dans la mise en place d’une “démocratie profonde” (Appadurai 2001) capable d’exprimer des projets fédérateurs, citoyens et inclusifs.
  3. Déterminer, par une comparaison contrôlée et contextuelle (Albera 2011), l’impact des configurations institutionnelles et des cultures politiques nationales sur les conditions de possibilité d’une gouvernance territoriale en prenant en compte la présence de l’État – en tant que agrégat symbolique de pratiques (Abrams 1988) – sur l’action de la société civile et les perceptions de la possibilité d’une démarche participative et inclusive et vérifier la distance qui existe entre les citoyens et leur État; La recherche vérifiera à quel point les États permettent aux communautés, en particulier celles qui vivent dans les territoires de montagne, d’opérer ce changement, tout en évaluant comment les communautés réagissent et sont résilientes aux politiques nationales.
  4. Vérifier les éléments, y compris conflictuels, qui construisent socialement et culturellement les communautés locales; prendre en compte les éléments de divergence d’intérêts liés aux inégalités dans l’exercice de la démocratie et de la participation aux décisions; vérifier qui détient effectivement le droit d’exercer la propriété et qui a la possibilité de transmettre des connaissances immatérielles, mais aussi des ressources matérielles. Il devient ainsi possible une négociation entre intérêts et logiques diverses pour arriver à des nouvelles convergences.

Cela étant dit, la recherche a également des perspectives de développement ultérieurs, qui pourront être réalisées dans le cadre de programmes de financement nationaux ou internationaux. Tout d’abord l’expérience accumulée pendant le projet TransAlp pourra être formalisée – et donc transmise par l’enseignement – en une approche innovante aux contextes de montagnes et aux compétences y présentes. À la suite du projet, ces mêmes outils et questionnements, d’ailleurs, pourront être mis à l’épreuve dans d’autres configurations socio-territoriales qui font face à des défis similaires, notamment dans d’autres contextes nationaux au sein de l’espace alpin. Ces contextes pourront ensuite être mis en contact par l’équipe de recherche du projet, favorisant la circulation croisée de pratiques d’innovation sociale concernant des enjeux transversaux à ces territoires. Enfin, l’équipe du projet se souciera de maintenir un suivi des terrains d’enquête même après la fin du projet, ce qui permettra un monitorage au moyen-long terme des démarches collectives mises en place, ainsi qu’une analyse diachronique de leur déroulement et de leurs effets.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search